L’endométriose expliquée en 7 minutes

L’endométriose expliquée en 7 minutes
Photo de @SydneySims

Récemment en France nous avons beaucoup entendu parler de l’endométriose. Malgré la lumière médiatique qui a été faite sur cette maladie, l’endométriose reste un sujet vaste et tabou dont nous ne connaissons pas tout. La bonne nouvelle ? Un centre vient juste d’ouvrir à Bordeaux pour traiter l’endométriose, c’est l’Institut Franco Européen Multidisciplinaire d’Endométriose. C’est la fin de l’errance médicale et du traitement tardif des femmes touchées.

Dans cet article, nous voulions aborder l’endométriose sous toutes ses formes :

LISTE

L’endométriose avec un grand E

Qu’est-ce que l’endométriose ?

C’est une maladie qui touche 10% des femmes en France, selon le ministère de la santé.

En terme scientifique l’endométriose est une maladie chronique, à cause de laquelle, des fragments de l’endomètre, la paroi interne de l’utérus, se retrouvent hors de l’utérus. 

La croissance mensuelle de l’endomètre permet d’être dans des conditions idéales pour tomber enceinte. En l’absence de fécondation, il est éliminé sous la forme des règles. Pendant les règles, une partie du sang remonte toujours jusqu’à arriver dans la cavité abdominale, où il disparait au cours des jours suivants. La dégradation du sang libère du fer d’où la sensation d’inflammation dans le bas du ventre 🔥

Ces fragments sont localisés à différents endroits et en différentes quantités, d’où les multiples formes d’endométriose. Il en existe trois types : superficielle ou péritonéale, ovarienne et profonde ou sub-péritonéale. Chaque forme se traduit différemment, on peut parler d’endométriose digestive, intestinale

L’origine et les causes de l’endométriose, pourquoi certains tissus se retrouvent au mauvaise endroit, les médecins débattent encore dessus. Cependant l’hérédité joue un rôle. Si un membre de votre famille en a vous n’en aurez pas forcément mais vous aurez 5 fois plus de chance d’en avoir.

endometriose, origine
Illustration de @LuzdeLuna

Les symptômes

Le premier symptôme qui vient à l’esprit est la douleur lors des règles. Ce sont des dysménorrhées, des règles douloureuses. L’intensité peut varier en fonction de chaque femme. Les douleurs peuvent se faire sentir dans tout le corps, même dans les jambes.

Petit rappel : avoir mal pendant ses règles peut arriver mais si vous avez mal à chaque fois, renseignez vous au près de votre gynécologue pour passer des tests 💉

Les règles en elles même sont souvent atteintes puisqu’elles ont plus de chance d’être abondantes. C’est pour ces cas là que nous vous proposons des culottes avec différentes absorptions.

Vous pouvez aussi avoir des rapports douloureux, dyspareunies, c’est souvent le cas lors d’une endométriose profonde.

Les autres symptômes vont être la diarrhée ou, à l’opposé, la constipation mais cela peut aussi aller jusqu’à l’aérophagie, c’est-à-dire des ballonnements et donc un ventre gonflé.

Des cystites cycliques peuvent aussi faire leur apparition en cas d’endométriose. Ce ne sont pas les seuls problèmes urinaires que l’endométriose peut causer, il y a également les pollakiuries. C’est le fait d’aller aux toilettes souvent, au moins une fois toutes les deux heures. Il ne faut pas minimiser ou ignorer ces symptômes car cela peut créer des problèmes rénaux.

De plus l’endométriose peut impacter la grossesse, pendant le premier trimestre les douleurs et effets peuvent être exacerbés 🤰

Toutes ces douleurs peuvent surgir pendant un cycle, soit entre les règles.

Consequence de l'endometriose sur les regles
Photo de @KarolinaGrabow

Le diagnostic est souvent tardif, en moyenne il faut 7 ans pour qu’une femme soit reconnue comme atteinte de cette maladie. Le traitement tardif ce qui peut la faire empirer jusqu’au stade 4. N’hésitez pas à demander à votre gynécologue ou votre sage-femme pour vous faire tester et passer une IRM, l’infertilité peut aussi être causée si elle est détectée trop tard. Un cancer peut aussi se développer, au niveau des ovaires ou des reins.

Quels traitements contre cette maladie ?

Il n’y pas une seule solution contre l’endométriose.

La plupart des traitements qui existent sont médicamenteux, il est possible de créer une ménopause artificielle avec la pilule en continue 💊

Pour diminuer les douleurs de manière ponctuelle, il y a des anti-inflammatoires comme le Dafalgan mais la plupart sont disponibles uniquement sous ordonnance.

Il existe des thérapies hormonales pour arrêter la croissance des lésions. Cependant ces thérapies ont beaucoup d’effets secondaires et ne rendent pas inévitable la chirurgie.

Un autre traitement est possible c’est la chirurgie. En fonction du type d’endométriose l’opération peut être plus ou moins lourde. La chirurgie n’a pas d’effet sur la fertilité puisque 80% des femmes opérées pour une endométriose colorectale, qui touche les parois du colon et du rectum, ont eu une grossesse dans les 5ans après la chirurgie, selon Roman et al, Hum reprod 2020.

Des médecines douces et traitements naturels peuvent réduire les symptômes et notamment les douleurs, mais ne sont pas des traitements définitif en général.

L’endométriose au quotidien

L’une des porte-paroles de cette maladie en France est Enola Malagré, elle n’hésite pas à en parler dans une interview pour Kobini ou encore pour Doctissimo : 🗣

Interview d’Enora Malagré pour Doctissimo

Elle raconte l’impact que cette maladie a sur la vie personnelle comme professionnelle, souvent très handicapant durant des journée de travail puisque 45% des femmes considèrent que leur carrière a été affectée par cette maladie selon IPSOS GEDEON RICHETR Endofrance. Mais récemment une entreprise à Montpellier a instauré un congé menstruel pour ses salariées. Une autre actualité féministe à ajouter cette année.

Elle a voulu l’écrire dans son livre “Un cri du ventre”, il y a aussi “Les idées reçues sur l’endométriose” écrit par Charles Chapron et Yasmine Candau.

De notre côté, nous avons demandé ce que c’est au quotidien, la réponse était :

“ Alors avant la pilule qui simule une ménopause, j’avais mal avant, pendant et à l’ovulation et parfois sans raison. J’avais aussi des crampes, des nausées, je perdais beaucoup de sang et c’était douloureux pour moi de me retenir d’aller aux toilettes.

Avec la pilule, ça va beaucoup mieux, j’ai toujours des petites crises de douleur mais c’est pas très long et plus vivable. C’est souvent quand je vais aux toilettes. Les douleurs apparaissent surtout si je mange mal, par exemple des pains au chocolat 4 jours de suite ce n’est pas une très bonne idée”

L’ombre se lève sur le tabou de l’endométriose, mais beaucoup de femme ne sont pas correctement conseillées par leur gynécologue. Si vous voulez vous renseigner et demander un avis il y a EndoFrance, la première association française qui lutte contre cette maladie

Quels conseils donneriez-vous pour diminuer les douleurs durant les règles ?

Laisser un commentaire