Livraison offerte dès 50 euros d'achat

La Symptothermie : Une nouvelle méthode contraceptive avec Fabienne Beguerie


Choisir sa contraception n’est pas toujours évident et parfois cela relève du dilemme. Fabienne Beguerie nous a fait découvrir la Symptothermie, une nouvelle méthode de contraception naturelle et qui a fait ces preuves !

En 2017, une étude danoise menée sur 1,7 millions de femmes entre 1995 et 2012 a démontré que la prise de la pilule contraceptive augmentait de 20% le risque de cancer. Bien qu’il n’y ait pas d’information sur les habitudes de vie et les facteurs de risque des sujets, certains spécialistes se sont formés à de nouvelles méthodes contraceptive.

Naturopathie, Symptothermie et même massage Chi Neo Tsang, cette professionnelle de la médecine naturelle a plus d’une corde à son arc. Lors d’un entretien, Fabienne Beguerie nous en a dit davantage sur une pratique encore bien mystérieuse : la Symptothermie.

En quelques mots, la symptothermie en quoi ça consiste ? 

La symptothermie est une méthode d’observation du cycle féminin qui peut être utilisée en contraception naturelle ou pour favoriser une grossesse en identifiant les jours les plus fertiles du cycle. L’idée est que la femme sache identifier à chaque cycle le début et la fin de sa période fertile, en toute autonomie et sans aucune hormone et ce jusqu’à la ménopause ! Deux indicateurs sont observés pour davantage de contrôle et donc d’efficacité, la température corporelle au réveil et l’observation du mucus, de la glaire cervicale.

La formation de Fabienne propose cinq modules, à faire individuellement ou groupé, dont les objectifs tournent principalement sur la connaissance des cycles. Comprendre les périodes fertiles et infertiles, et savoir les gestes à avoir au quotidien.

Est-ce que cela s’adresse ou peut convenir à toutes les femmes ? 

De manière globale cette méthode s’adresse à toutes les femmes de 20 ans à 50 ans qui souhaitent une méthode naturelle et fiable, sans hormones ni corps étranger dans leur organisme. Cela demande un minimum de rigueur et d’observation pendant 10 jours à chaque cycle pendant 3 minutes !

Cette méthode ne convient pas à une jeune fille ou femme avec une vie peu “organisée”, avec beaucoup de sorties et couchers très tardifs, alcool, boites de nuit, de façons régulières dans la semaine. En effet l’alcool influence la température et cela perturberait trop l’observation et engagerait la fiabilité de la méthode.

Les femmes avec du travail de nuit et du travail de jour, comme les infirmières, peuvent utiliser cette méthode !

Est-ce une solution contraceptive qu’on pourrait juger « efficace » ? 

Même si aucune contraception n’est efficace à 100 % :

La fiabilité est importante. La symptothermie remplit très bien cette obligation. Le site de l’OMS détaille l’efficacité des méthodes contraceptives. Si l’on compare la pilule et la symptothermie en efficacité pratique, c’est à dire “dans la vraie vie” , la première a une efficacité de 93% contre 97,8% pour la symptothermie. Bien sûr, il est nécessaire de suivre une formation pour éviter toute mauvaise interprétation ou mauvaise compréhension.

Également, selon le site de Santé Publique France , la pilule est à 91% de fiabilité et 98% pour la symptothermie en efficacité pratique.

Est-ce une méthode répandue en France, sur les territoires francophones ? 

Je n’ai pas de chiffre à ce sujet mais la symptothermie intéresse de plus en plus et l’association Focus Fertilité créée par des sages femmes, gynécologues et médecins. Elle vise à faire connaître cette méthode qui s’appuie sur des recherches scientifiques et universitaires, au monde médical. En Belgique et en Allemagne, elle est utilisée de manière assez large.

Que répondez-vous aux sceptiques (parce qu’il y en a toujours) ?

 Que les bases de la méthode remontent à plus de 30 ans et s’appuient sur des recherches scientifiques et statistiques très nombreuses sur les cycles féminins. Il y a donc une fiabilité certaine. C’est une méthode d’observation et non de pronostics. Le corps nous informe de nos signes de fertilité chaque mois et il faut savoir les reconnaître, c’est simple !

D’un point de vue professionnel, comment on se forme à la symptothermie ? 

Je suis moi même certifiée formatrice Sensiplan et formée à Bruxelles. Je peux ainsi former les femmes à cette méthode en France et à l’étranger pour leur propre utilisation. Les formations se déroulent en 5 modules de deux heures chacun espacés de un mois environ. Je suis les femmes sur 3 cycles complets et je suis toujours disponible après la formation pour les doutes et questions. Pour se former, il faut un graphique, un stylo et un thermomètre. Il est nécessaire d’acheter le manuel et le cahier d’exercice. Je forme beaucoup par visioconférence dans la France entière. La femme est à son domicile, tranquille et concentrée. C’est vraiment très facile !

Les femmes qui viennent dans votre cabinet sont-elles satisfaites ? 

Oui très. Les femmes se rendent comptent qu’elles ignoraient totalement le fonctionnement de leur corps féminin et s’aperçoivent que tout est extrêmement bien fait et qu’elles peuvent faire confiance à leur corps et à la méthode ! Elles se sentent libres et autonomes dans la gestion de leur fertilité. Elles sont heureuses d’abandonner les hormones de synthèse qui perturbaient leur santé et surtout leur libido et leur humeur.


Louise, 31 ans, atteinte du syndrome des ovaires polykystique. Elle a essayé de nombreuses contraceptions jusqu’à apprendre qu’elle devait essayer une méthode sans hormone, autant dire qu’en dehors du stérilet en cuivre, c’est assez complexe à trouver.

J’ai découvert cette nouvelle méthode il y a 6 mois, dès que j’ai rencontré Fabienne ça a été un déclic.

La Symptothermie, c’est observer et comprendre son corps. Ce qui est bien, c’est que cela peut convenir à un bon nombre de femmes. Même celles qui ont un cycle irrégulier.” 


Julie, 39 ans, désireuse de ne pas prendre la pilule ou toute contraception hormonale de ce type, a découvert récemment la Symptothermie. Redécouvrir sa féminité et sa sexualité, autant d’objectifs atteints :

“Ça a été super intéressant de comprendre les cycles, les hormones ; on apprend pas cela à l’école.

Je me sentais magnifique après chaque séance de la formation, je redécouvrais complètement ma féminité ! Avoir des fenêtres pour ma sexualité, ça m’a détaché de l’idée, qu’on a habituellement dans les médias, cinq rapports par semaine. “

Une nouvelle méthode qui ravira les adeptes du sans hormone. Alors, convaincue ?


Pour en savoir plus – Règles irrégulières : bien comprendre son cycle menstruel.

Laisser un commentaire