Nous revenons le 1er décembre ! À bientôt.

Zoom sur l’Art-thérapie : quand l’art aide à réduire le stress

Une sensation qui touche autant les petits que les grands, le stress impacte de plus en plus nos vies, au point d’être considéré comme le mal du XXIe siècle. Toutefois, il est temps de positiver, et la rédaction de La Culotte parisienne a une bonne nouvelle : vous pouvez réduire votre stress. Il existe plusieurs technique, mais aujourd’hui, zoom sur l’Art-thérapie. 

Nul besoin d’avoir un bon coup de crayons, ou une appétence particulière pour la peinture. Le bon côté de l’Art-thérapie, c’est qu’il existe mille et une façon de la pratiquer, et que peu importe ce que vous choisissez comme activité artistique, cela vous détendra. Là où certains ont besoin d’huiles essentielles pour réduire leur stress, certains se reconnectent à leur créativité pour gérer angoisses et trop-plein d’émotions

Une pratique sans objectif

Dans un monde où tout doit avoir une raison et un but, cette pratique est reconnue comme un contre-pied de toute la charge portée au quotidien. En effet, vous pouvez décider de dessiner ou de peindre un motif précis, ou justement commencer avec vos crayons sans intentions particulières. En 2007, Jean-pierre Klein expliquait dans Formes en actes, que cette discipline n’avait absolument pas pour but d’analyser vos dessins, ou toutes autres œuvres. Il va même plus loin, il explique qu’il n’y a pas nécessairement un but dans cette pratique 

« L’art-thérapie n’a pas d’objectif précis, que celui-ci soit la réduction du symptôme, la simple distraction, la socialisation ou une visée professionnelle. Elle n’est ni rééducation, ni thérapie occupationnelle, ni ergothérapie, ni sociothérapie. »

Jean-pierre Klein – Formes en actes / Cairn

Des effets scientifiquement prouvés 

Pour ceux qui seraient sceptiques face à l’effet du coloriage ou du collage sur la réduction du stress, nous vous comprenons. Ce sujet à fait l’objet d’une étude par l’université de Drexel à Philadelphie, des chercheurs se sont intéressés à l’impact de l’art sur l’hormone stress, le cortisol. Près d’une quarantaine d’adultes ont été observés et invités à participer à des activités artistiques. Les cobayes ont affirmé que dès les cinq premières minutes, ils avaient senti leur niveau de stress baissé et s’étaient senti plus détendu. Dans les chiffres, 75 % des patients ont vu leur taux de cortisol baissé au cours de l’expérience. L’expérience montrerait que faire du collage, par exemple, serait moins relaxant que colorier ou que le travail de l’argile. 

Plus de créativité pour plus de sérénité

Comme nous l’avons mentionné plus haut, l’Art-thérapie n’est pas exercée dans une démarche artistique, mais davantage dans l’idée de détourner ses pensées. Ne vous fixez donc pas sur la qualité ou l’apparence de votre œuvre. Ce type d’exercice thérapeutique va développer votre intuition, votre créativité, votre imagination. Il vous sera également possible de prendre du recul sur vos émotions ou vos pensées.

Pas de panique, si vous n’êtes pas vraiment arts visuels, la musique fait partie des pratiques particulièrement efficaces pour la décharge des émotions. Ainsi, si vous avez toujours rêvé d’essayer la guitare ou la batterie, c’est le moment parfait pour laisser votre inspiration s’exprimer. Cette discipline artistique est très utilisée pour accompagner les autistes par exemple, ainsi que les personnes atteintes de troubles anxieux

Vous avez aussi la danse, activité artistique, mais aussi sportive, elle permet de se reconnecter à son corps. C’est de l’expression pure et simple de vos intentions et de vos émotions. Un moment réellement libérateur qui a de multiples bienfaits. Détendre vos muscles, augmenter votre taux d’endorphine, mieux dormir, tant de positivité en une seule activité

L’avantage de l’Art-thérapie c’est qu’elle peut s’exprimer sous n’importe quelle forme et sans pression. L’objectif n’est pas de bien faire, mais simplement de s’axer sur l’accomplissement. Alors n’hésitez pas à nous dire en commentaire votre astuce pour gérer votre stress au quotidien ! 

À lire aussi : La Sophrologie pendant la grossesse : Entretien avec Anceline Sidlovski 

Laisser un commentaire